ACCUEIL
ACTUALITES
FETES ET MANIFESTATIONS
LA MAIRIE
INFOS PRATIQUES
SANTÉ
LA MEDIATHEQUE
VIE SPORTIVE
VIE ASSOCIATIVE
VIE ECONOMIQUE
ETAT CIVIL
LA VIE SCOLAIRE
ECOLE MUNICIPALE DE MUSIQUE
LE CINEMOBILE
EMPLOI
VOUS AVEZ LA PAROLE
HISTOIRE
LA VIE DU CANTON
LES PATICHONS CELEBRES
LIENS
PATAY EN PHOTOS
PLAN
CONTACT

Flux RSS

Plan du site

 

«
Octobre 2017
»
L
M
M
J
V
S
D
      
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
     

 



 REMY HETREAU

Biographie

Rémy HETREAU, né le 31 janvier 1913 à Patay (Loiret) et décédé le 28 novembre 2001 à Paris.
Elève à l’Ecole des Beaux-Arts d’Orléans en 1930.-
Elève à l’Ecole Boulle de Paris de 1930 à 1934.-
1- er Prix au 44e Concours général de Composition Décorative en 1934.
Médaille d’argent de la Société d’Encouragement à l’Art et à l’Industrie.-
Médaille d’argent de la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement.-
Atelier personnel depuis 1941. Artiste peintre, sculpteur, graveur.-
1- er prix au Concours Mobilier Régional de l’Orléanais en 1942.
Sociétaire Artistes Orléanais, Salon de l’Imagerie, Salon des Artistes Décorateurs, Salon - d’Automne, Société Nationale des Beaux-arts.
Membre actif de l’Alliance Graphique Internationale.-
Président de la Société des Artistes Orléanais de 1964 à 1984.-
Présentation du Salon de l’Imagerie au Pavillon de Marsan au Musée du Louvre à Paris en 1941, - 1942, 1943, 1944.
Missions officielles à l’étranger, décorateur pour le Centre National du Commerce Extérieur de - 1945 à 1978.

Un artiste complet

L’oeuvre de Rémy Hétreau est toute empreinte du regard de poète qu’il porte sur le monde, plein d’humour et de tendresse, allié à l’exigence d’un artisan, de son goût du savoir-faire et du beau La rétrospective organisée par la ville d’Orléans dans la Maison de Charles Péguy réunit pour la première fois un ensemble complet de ses multiples activités. création des Galeries Lafayette, dirigé par Jean Adnet, et devient bientôt responsable de la conception et de la réalisation des vitrines. Il y rencontre Jeannine Jager, elle aussi décoratrice, qui leur amour et de la découverte de Brantes, petit village sauvage du Vaucluse, accroché face au Mont Ventoux. Bonheur magnifique. La séparation due à la guerre est un intermède douloureux, exprimé dans des lettres illustrées presque quotidiennes, échappant par l’imagination poétique à la réalité militaire. Dès sa démobilisation, il revient à Paris pour épouser Jeannine. Elle sera sa compagne, et une alliée précieuse dans son travail. Leurs deux univers se mêlent parfaitement : elle-même réalise des maquettes pour la porcelaine et le textile, notamment pour Colette Gueden, dans le cadre de Primavera, des illustrations et de charmantes gouaches dont on peut voir quelques exemples dans l’exposition. Leur vie est alors pleine et variée. Chaque été, ils passent le plus de temps possible à Brantes, avec leurs deux filles Marie et Sylvie. C’est là, dans une ancienne écurie transformée en atelier, qu’ils se consacrent à leurs oeuvres plus personnelles.
Rémy Hétreau, né à Patay, est profondément marqué par les paysages de Beauce. Il est ami du graveur Louis-Joseph Soulas, et il reste très attaché à la vie culturelle d’Orléans.
Nommé professeur à l’institut des Arts Visuels de la ville, de 1961 à 1981, il est membre des Artistes Orléanais, dont il assure la présidence entre 1964 et 1984.
Le reste de sa vie est essentiellement consacré à la gravure. Familiarisé depuis longtemps avec la technique de l’eau-forte, grâce aux conseils de Jacques Frélaut lors de ses illustrations pour « l’Hôtel du nord », il cherche maintenant à maîtriser la pointe sèche et le burin.
Il fait l’acquisition d’une grande presse. Il tire lui-même les différentes épreuves avec bonheur et minutie, et il en enrichit certaines à l’aquarelle, chacune étant alors une nouvelle histoire. On y retrouve son univers plein de poésie malicieuse, « la marque de sa tendresse burlesque » (Claude Salvy).
Son ami Barjavel disait « l’oeuvre de Rémy Hétreau est belle et vraie comme un jardin de mai ; à qui la regarde, elle dit d’être heureux de vivre ».

Souhaitons qu’elle puisse continuer longtemps à nous enchanter.

Marie et Sylvie Hétreau